Olivia Gay, biographie

Reconnue pour son engagement musical remarquable, sa grande curiosité et la précision de son jeu, Olivia Gay fait partie de la jeune et brillante génération de violoncellistes français.

Née en 1987 à Mulhouse, elle fait ses classes à Belfort, puis à Strasbourg et à Paris, où elle bénéficie des enseignements de Marc Coppey, du quatuor Ysaÿe ou encore de Paul Meyer et d’Eric Le Sage, en musique de chambre. Elle part ensuite en Allemagne où elle achève ses études supérieures auprès de Jean Guihen Queyras, à Stuttgart et Freiburg, avant d’intégrer la classe de soliste de Johannes Moser, à Cologne.

Lauréate de plusieurs prix internationaux : les concours Flame, Glazounov, de Padoue ou encore les Masterplayers International music competition, le concours international de Gerardmer et Léopold-Bellan. Elle est également lauréate de la Fondation Cziffra.

Olivia Gay se produit pour la première fois en soliste à 14 ans dans le fameux Concerto en do M de Haydn et interprète ensuite les grands opus du répertoire aux côtés de plusieurs orchestres dont La Follia, le Brahms chamber ensemble, l’Orchestre de Padoue, l’Orchestre Talich de Prague… Pour elle, la scène est avant tout une expérience humaine. Ses différents partenaires de musique de chambre saluent ses « capacités instrumentales considérables » doublées d’une « forte présence ainsi que d’une personnalité séduisante » (Gary Hoffman), soulignent sa « grande curiosité et son incessant besoin de perfection » (Henri Demarquette), son jeu « éloigné de tous poncifs ou de reproduction standardisée ». (Jean-Guihen Queyras).

Chambriste raffinée, Olivia donne de nombreux récitals en France et à l’étranger (Etats-Unis, Italie, Suisse, Allemagne, Autriche, Hollande, Grèce…) en compagnie d’interprètes tels que les pianistes Natacha Kudritskaya, Célimène Daudet, Yves Henry, de l’altiste Bruno Pasquier, du flûtiste Philippe Pierlot ou encore du quatuor Arpeggione… Elle a pu se produire aux festivals de Salzburg, Colmar , Cully classique, au Festival Chopin de Nohant, au Carnegie Hall, à la Salle Cortot ou encore à l’hôtel de Soubise.

Passionnée par le répertoire romantique, Olivia Gay cultive également un fort tropisme pour le répertoire contemporain. En novembre 2015, elle enregistre son premier disque en tant que soliste avec l’orchestre Pasdeloup à la philharmonie de Paris dans les concertos de P. Hersant, P. Vasks et T.Maillard et se voit prêter pour l’occasion un violoncelle de G.Grancino de 1697 par la fondation Maggini.

Télécharger la biographie au format PDF